Discours de Marie-Lyse à l'occasion de son prochain départ en retraite


3 commentaire(s)
Publié le jeudi 19 juin 2014 par Marie-Lyse dans la catégorie Vie de l'association

Au nom de l’Association, Jean-Max Mayer remet par anticipation à Marie-Lyse Immelé son cadeau de départ à la retraite


Merci du fond du coeur

Voici le discours prononcé par Marie-Lyse Immélé, le 11 juin 2014, à l'occasion de son prochain départ en retraite

Tout d’abord, un immense merci à vous qui êtes là ce soir pour m’exprimer votre attachement. Votre présence me touche particulièrement sachant combien vous êtes, les unes et les autres, pris par des tâches professionnelles, des obligations familiales et moult activités. J’adresse aussi mes pensées à toutes celles et ceux qui, ne pouvant venir, m’ont envoyé de bien émouvants messages. J’en ai été vraiment touchée.

Je n’ai pas, comme dans votre profession, le don de l’écriture et de la parole mais je tenais à vous dire ce soir combien toutes ces années passées à vos côtés ont été enrichissantes et belles malgré des angoisses parfois et quelques chagrins.
Années émaillées de déménagements, du 33 au 35 rue du Louvre et du sol au plafond. Je crois avoir testé tous les étages et pas mal de bureaux et j’ai même très brièvement tutoyé les étoiles au 7ème!
Je profite de cette belle occasion pour remercier particulièrement Michèle Martin qui m’a accueillie et pilotée dans la maison il y a plus de 25 ans, Magid, toujours disponible, efficace et conciliant pour m’installer au mieux à chaque déménagement ainsi que Patrick arrivé quelques années après, sans oublier Mehdi spécialiste de la sono lors de nos AG et Anne-Marie, aussitôt prête à rendre service avec le sourire.
Et, avant leur récent départ en retraite, toujours disponibles pour voler au secours de mon anglais plus que balbutiant, Dany, cœur d’or et voix de stentor, et Jenny que l’on croise encore avec bonheur au détour d’un couloir.

Un bref historique pour les plus jeunes…
C’est grâce à Jean-Claude Palloix, alors responsable du département des langues au CFJ et dont je gardais à l’époque sa fille, Cécile, que j’ai rejoint l’Association. Je ne saurais assez exprimer ma reconnaissance à ce grand ami pour la chance qu’il m’a donnée à saisir.
Zette Gomès, secrétaire générale de l’Association, malheureusement disparue en mars 2007, et Jacqueline Durand, présidente, cherchaient quelqu’un pour remplacer la secrétaire de l’Association alors appelée vers d’autres horizons.
Jean-Claude n’a pas hésité à me parler de cette opportunité et a suffisamment cru en mes capacités pour me recommander auprès de Zette et de Jacqueline.
Malgré un CV bien mince après quatorze années passées hors du monde du travail à élever avec bonheur mes enfants, Zette et Jacqueline ont retenu ma candidature.
Je les remercie de tout cœur pour la confiance qu’elles m’ont, elles aussi, accordée.
Et voilà comment, grâce à ces adeptes du risque, j’ai remis le pied à l’étrier en février 1989 et abordé, dans la foulée, l’ère de l’informatique ! Eh oui, cela fait plus d’un quart de siècle !!!
Jacqueline, merci pour la très belle amitié que nous avons nouée depuis et pour votre présence ce soir qui en est pour moi, une nouvelle fois, l’éclatant témoignage !
Et une pensée émue pour Zette qui fut mon mentor à mon arrivée.

Ce premier pas franchi, c’est bien entendu avec une certaine appréhension que j’attendais l’élection des présidentes et des présidents qui ont ensuite succédé à Jacqueline.
Là encore, que ce soit José de Broucker (toujours d’un dynamisme forçant l’admiration), Anne Belot (qui n’a pas hésité à me confier, avec Jacqueline, d’autres missions et qui sait l’amitié que je lui porte), Christian Sauvage (un brin taciturne mais grand cœur), Michel Sarazin (comète que j’ai tout juste eu le temps de croiser), Gilles Dansart (vigilant acteur de la transition), Grégoire Lemarchand (plus jeune mais surprenant président), Loïck Berrou (qui a battu le record de longévité et de courage en me supportant pendant 6 années et qui m’a soutenue contre une certaine adversité), ou Stéphane Haumant (petit dernier qui n’a eu de cesse de m’épargner malgré les lourdes difficultés rencontrées dès son second mandat), toutes et tous m’ont manifesté une égale confiance et m’ont laissée travailler la bride sur le cou. C’est inestimable et je mesure ma chance dans un monde du travail qui lamine souvent bien plus qu’il n'épanouit. Merci à vous toutes et tous pour votre magnanimité.

Je ne peux citer tous les membres du Comité avec lesquel(le)s j’ai travaillé –ou travaille- plus ou moins directement, dont certaines et certains sont devenu(e)s de vrai(e)s ami(e)s, mais je dois reconnaître que j’ai été particulièrement gâtée,
Amélie (actuelle trésorière dont la tâche n’est guère aisée), Baya, Béatrice (super équilibriste des duos parrains/étudiants et artiste de la répartie), Bernard (délicatement attentif aux autres), Christian, Christophe, Clarisse (toujours partante pour faire la fête), David, Elisabeth (présente dans la peine), Emilie, François, François-René (parmi les premiers réalisateurs de l’annuaire papier), Gérard, Gilbert, Hala, Isabelle, Jean-Baptiste (grand complice pour la gestion de la bourse emploi), Jean-Luc, Karen (à l’origine de la newsletter), Laurent, Madeleine (rédactrice en chef de l’ex Notre Journal), Marie-Anne, Mélinda, Michel (initiateur et organisateur des soirées débats), Patrice (guide passionnant lors d’une escapade avec ma fille en Martinique), Raymond (ami très cher disparu en avril 2008 et pour lequel j’ai une pensée toute particulière ce soir), Renaud (spécialiste des grands raouts), Sabine, Tristan… et pardon, mille pardons pour toutes celles et ceux que je n’ai pu nommer, la liste est longue…

Cependant, comment oublier Olivier Samain, adorable trésorier de 1985 à 1997, recordman aussi de longévité, si ma mémoire est bonne, dans cette mission, resté fidèle à la cause en dépit de charges professionnelles, syndicales et associatives lourdes, Jean-Max Mayer, secrétaire général depuis 2011, avec qui nous formons, je crois, un tandem soudé et que je peux solliciter à tout moment pour quelque question que ce soit malgré son agenda surchargé de retraité particulièrement actif et enfin, Olivier Sourice, avec lequel nous formons le plus vieux mais le plus sage couple de l’Association. Olivier, très discret mais infiniment solide et efficace pilier du Comité puis du Bureau depuis 25 ans, pilote de l'annuaire papier depuis de nombreuses années, sur lequel j’ai pu compter dès ma première AG et grâce à qui, avec Grégoire, le site des Anciens du CFJ est né en 2004.
Et là, je rends aussi hommage à Pierre Gilbert, notre webmaster, qui l’a conçu en y intégrant, notamment, un remarquable annuaire en ligne à l’instar du fichier initialement concocté par ce grand professionnel. Pierre qui, connaissant les modestes finances de l’Association, a refondu le site 4 ans plus tard à des conditions exceptionnelles et qui, en pédagogue hors pair, répond à toutes mes interrogations de profane.

Et, bien sûr, nous pensons tous à Madame Richet, co-fondatrice avec Jacques Richet et Philippe Viannay, en 1946, du CFJ puis secrétaire générale du Centre jusqu’en 1985, qui reste fidèle et attentive et nous adresse régulièrement un petit signe d’Albias, en Tarn et Garonne, où elle séjourne désormais.

Enfin, je remercie infiniment toutes les adhérentes et tous les adhérents à l’Association, pour un grand nombre fidèles et généreux, dont beaucoup m’ont manifesté, tout au long de ces années, une chaleureuse sympathie, soutenue dans la peine, et sans lesquel(le)s le poste de secrétariat et les services qu’il permet d’assurer ne pourraient exister.

Et pour conclure, ne vous réjouissez pas trop vite, vous avez encore à me supporter tout un semestre après ce discours qui, je l’espère, ne vous aura pas trop pesé !!!

Je vous embrasse toutes et tous et souhaite la bienvenue aux petits nouveaux du Comité.

Marie-Lyse

 

Jean-Max Mayer, secrétaire général, Stéphane Haumant, président, et Amélie Baubeau, trésorière (de g. à dr.) à la tribune de l’Assemblée

L'Assemblée générale des Anciens CFJ a réuni une quarantaine d'adhérents le 11 juin 2014 dans la salle de projection de la SCAM à Paris.

Une cinquantaine d’Anciens ont participé au pot de départ de Marie-Lyse, dont Loïck Berrou, ancien président de l’Association, et Marc Epstein, représentant la Chance au Concours


3 commentaire(s)

jeudi 29 janvier 2015 17:32 par Viot
Merci pour tout, Marie-Lyse. Et bonne retraite...

François Viot

jeudi 29 janvier 2015 18:47 par Claude Porsella
Chere Marye-Lyse,
Je vous adresse de Washington tous mes meilleurs voeux pour une retraite a la fois paisible, apres un quart de siecle de responsabilites stressantes, et enrichissante.
Merci pour votre devouement a l'Association.
Cordial souvenir,

Claude Porsella (promo 1960)

jeudi 29 janvier 2015 21:26 par Sophie Gharbi-Sanchez
Bonsoir Marie-Lyse

trouvez ici mes bien sincères remerciements pour votre très précieux concours et votre patience alors que j'étais définitivement fâchée avec tous les codes. Vous avez été et resterez une des figures du CFJ. Excellente retraite !

Sophie Gharbi-Sanchez

Publier un commentaire




Les codes HTML seront supprimés à l'exception des liens, du gras, de l'italique et du souligné.

 6 2 5 Recopiez le code dans le champ de contrôle

Pensez à votre adhésion

 

Suivez les Anciens sur...

Facebook Twitter RSS