Remise de la Légion d'honneur à Michel Renaud (promo 1968), le 14 décembre


Aucun commentaire
Publié le jeudi 17 décembre 2015 par Caroline dans la catégorie Nouvelles des anciens

 

 

Alors que Michel Renaud (promo 1968), assassiné lors des attentats de Charlie Hebdo, le 7 janvier dernier, a reçu la Légion d'honneur, à titre posthume, le 14 décembre, voici le discours prononcé par Edouard Dor (promo 1968):

 

"Michel, un homme de partage"

 

« J’ai fait la connaissance de Michel il y a près de cinquante ans, très précisément en septembre 1966. Nous étions alors tous les deux parmi la quarantaine de jeunes garçons et filles ayant réussi le concours d’entrée du Centre de Formation des Journalistes de la rue du Louvre à Paris.  Nous avions tous les deux vingt-et-un ans et - comme tout le monde à cet âge - une folle envie de vivre, à laquelle s’ajoutait une énorme curiosité de notre monde, de ses soubresauts et, surtout, des idées de ceux qui l’habitent - quels qu’ils soient et où qu’ils se trouvent.C’est pour cela que nous avions choisi cette voie.

Question soubresauts, nous allions être servis puisque notre promotion fut celle, bouillonnante, de mai 68 ! Je me souviens que nous avions exigé de la Direction du CFJ qu’aucun classement de sortie des étudiants ne soit établi au mois de juin, contrairement à un usage que nous jugions totalement dépassé. « Aucune différence ne doit être faite entre nous ! », clamions-nous à l’époque. Et pourtant, des différences il y en avait – et je dirais : heureusement ! Des petits groupes s’étaient tout naturellement formés au cours de ces deux années d’études et de terrain, des années intenses où ne comptions ni notre énergie, ni notre temps. C’est là que Michel et moi nous sommes reconnus, puis rapprochés.

Michel était à la fois passionné et serein, sachant - lorsqu’il le fallait - prendre le recul nécessaire pour mieux apprécier les situations. Il avait un humour souriant qui en faisait vite un complice. J’ai encore en mémoire son œil qui pétillait juste avant qu’il n’éclate de rire. Il allait vers l’autre spontanément, mais sans chercher à empiéter sur sa vie, dans une démarche d’attention et d’écoute. Il aimait les êtres et en était curieux. Il ne leur imposait rien.

Trop à l’étroit dans le journalisme, un métier qui ne laissait pas suffisamment place à l’empathie, à la prise en compte des souffrances ou des bonheurs de l’autre, Michel a choisi la voie plus large de la communication qui lui permettait non seulement de s’épanouir, mais de partager, de pouvoir donner tout ce qui faisait sa richesse. Michel, homme de partage. L’Association qu’il a fondée ne s’appelle-t-elle pas : « Il faut aller voir ! » ? Une association dont, à l’automne 1997, il m’avait annoncé la création, en même temps que je faisais la connaissance de Gala, son épouse - un double bonheur ! Il faut aller voir, en effet. Aller voir l’Autre (avec lequel nous partageons ce monde), l’écouter, échanger avec lui, le comprendre. Michel a payé de sa vie en nous en donnant l’exemple.

Vassilissa, tu avais le plus merveilleux des papas. C’était, et c’est, ton héros. Sache qu’il est aussi, aujourd’hui, celui de beaucoup d’hommes et de femmes partout dans le monde ».


Aucun commentaire

Publier un commentaire




Les codes HTML seront supprimés à l'exception des liens, du gras, de l'italique et du souligné.

 5 3 3 Recopiez le code dans le champ de contrôle

Pensez à votre adhésion

 

Suivez les Anciens sur...

Facebook Twitter RSS