Communiqués

» 1/16

Ouverture des inscriptions à la bourse "Brouillon d'un rêve journalistique" de la Scam, le 5 mars

Aucun commentaire
Publié le jeudi 23 février 2017 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Du 5 au 15 mars prochain ouvriront les inscriptions de la bourse "Brouillon d’un rêve journalistique" de la Scam!
www.scam.fr

Cette aide, destinée exclusivement aux auteur.e.s journalistes, non permanents d’une entreprise de presse, débutant.e.s ou confirmé.e.s, est attribuée pour permettre aux lauréat.e.s d’approfondir leur recherche avant de mener à bien un projet ambitieux et singulier, de thème libre, vers tous les supports d’expression du journalisme. La bourse Brouillon d’un rêve journalistique est réservée à l’écriture d’un projet n’ayant pas fait l’objet d’un financement d’un media - d’un éditeur, d’une production, d’un diffuseur – en vue de sa publication ou de sa réalisation.
A noter : Les projets sont déposés par les auteur.e.s, aucune suite n'est donnée aux demandes déposées par une structure. L’aide à l’écriture Brouillon d’un rêve n’est pas accordée aux œuvres achevées ou en cours de finalisation.

*La Scam, Société civile des auteurs multimédia, dont la mission première est la perception et la répartition des droits d’auteur dans le domaine du documentaire, dispose d’un budget culturel avec lequel elle apporte une aide à de nombreux auteur.e.s notamment sous forme d’attribution de bourses d’aide à l’écriture – dispositif Brouillon d’un rêve.

Lire la suite ou poster un commentaire »


Prix Franco-Allemand du Journalisme 2017: clôture des inscriptions le 1er mars

Aucun commentaire
Publié le jeudi 23 février 2017 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Les journalistes de pays germanophones et francophones ont encore la possibilité de candidater pour le Prix Franco-Allemand du Journalisme 2017 dans les catégories Vidéo, Audio, Ecrit et Multimédia jusqu’au 1er mars 2017.


Les internautes, lecteurs, auditeurs et téléspectateurs peuvent également recommander des contenus qu’ils jugent d’excellente qualité.


Le Prix Franco-Allemand du Journalisme récompense les auteurs qui abordent l’actualité et ses dessous de manière créative, critique, empathique, mais aussi humoristique et qui contribuent ainsi à une meilleure compréhension entre la France et l’Allemagne dans le contexte européen.

Les publications parues dans d’autres pays que l’Allemagne ou la France peuvent également concourir.


La dotation du PFAJ est d’une valeur totale de 30 000 euros.


Informations pratiques : Les contenus envoyés doivent avoir été publiés entre le 2 mars 2016 et le 1er mars 2017.


Les candidatures et les recommandations s’effectuent exclusivement en ligne, sur notre site Internet www.pfaj.eu. La remise des prix de 2017 aura lieu le 4 juillet à Paris.


Le Prix Franco-Allemand du Journalisme (PFAJ) a été créé en 1983 à l’occasion du 20ème anniversaire du Traité de l’Élysée entre la France et l’Allemagne. Il fait partie des prix européens les plus importants dans le monde des médias. En sont membres : la Saarländischer Rundfunk (SR) en tant que porteur de projet, Deutschlandradio, Zweites Deutsches Fernsehen (ZDF), France Télévisions, Europe 1, ARTE, Deutsche Welle, Tageblatt, Le Républicain Lorrain, SaarLB, Deutsches Städte-Network (DSN), Radio France, Saarbrücker Zeitung, Gustav-Stresemann-Institut, l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse, l’Université Franco-Allemande, la Fondation Robert Schuman et Fondation Genshagen.

Prix Franco-Allemand du Journalisme
Funkhaus Halberg – D-66100 Saarbrücken

Tél : +49 (0)681 602-2407 – Fax : +49 (0)681 602-2408

mail :
info@pfaj.eu – Internet : www.pfaj.eu
Facebook :
Deutsch-Französischer Journalistenpreis - DFJP / PFAJ e.V
Twitter :
@DFJP_PFAJ

Lire la suite ou poster un commentaire »


Formation sur l'immigration, dédiée aux journalistes et organisée par le GISTI, le 23 janvier

Aucun commentaire
Publié le mardi 20 décembre 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Formation dédiée aux journalistes organisée par le GISTI
"L’immigration dans la campagne électorale"

Paris 11e, lundi 23 janvier 2017
(13h30 - 18h30)

L’immigration représente plus que jamais un enjeu majeur dans le débat politique français et sera, on le sait, au cœur de la campagne présidentielle.
On a déjà pu constater à quel point les discours sur la question, en raison de leur caractère polémique, véhiculent idées reçues, erreurs juridiques, statistiques ou historiques.
Mais, d’une façon générale, on constate aussi une méconnaissance et des interprétations erronées des réalités migratoires et de la législation sur l’immigration tant dans la classe politique que dans la population en général.
D’où l’importance qui s’attache à ce que les journalistes disposent des outils qui leur permettent de discerner le vrai du faux, de rectifier les erreurs, de fournir une information claire et exacte à leurs lecteurs ou auditeurs, afin que ceux-ci soient en mesure d’apprécier la véracité des déclarations, la faisabilité et les implications des mesures proposées par les uns et les autres.
C’est dans cette perspective que le Gisti propose une demi-journée de formation spécialement dédiée aux journalistes.
À partir de l’analyse des propositions relatives à l’immigration contenues dans les programmes des candidats à l’élection présidentielle de 2017, cinq thèmes principaux ont été retenus :
Le droit du sol et l’acquisition de la nationalité française
L’immigration familiale (regroupement familial et statut des conjoints de Français)
Les prestations sociales ouvertes aux ressortissants étrangers (aide médicale d'Etat, allocations familiales, RSA, etc.)
L’immigration économique et le travail des sans-papiers

L'impact en France de la « crise des migrants » et l'accueil des réfugiés.
La session fera une place importante à la discussion et donc aux préoccupations des participants, ce qui permettra, en débordant le cas échéant du cadre prévu, d’évoquer d’autres questions que celles qui sont inventoriées ici.
Dans la mesure des places disponibles, la session pourra également accueillir des élèves-journalistes.

Coût de la session : 120 euros (journalistes)
50 euros (journalistes sans prise en charge financière)
tarif réduit : 25 euros (élèves journalistes)

Les inscriptions ne peuvent se faire que par courrier accompagné du règlement.
Lieu de la formation : Centre de rencontres La Roquette
47 rue de la Roquette, 75011 Paris (M° Bastille)

Pour tout complément d'information et pour voir l'ensemble de nos formations : www.gisti.org/formations

Fiche d’inscription à la session de formation du 23 janvier 2017
« L'immigration dans la campagne électorale »
à remplir et à renvoyer au Gisti accompagné du chèque correspondant à l'ordre du Gisti

Nom
Prénom
Adresse 
Profession
Téléphone
Adresse électronique

Lire la suite ou poster un commentaire »


Hommage à Claire Richet. Retrouvez ici les nombreux témoignages que nous avons reçus.

Aucun commentaire
Publié le vendredi 9 décembre 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Claire Richet, secrétaire générale du CFJ puis du CFPJ de 1953 à 1985, est décédée le dimanche 27 novembre à Montauban à l’âge de 96 ans. Ses obsèques ont eu lieu à Albias (Tarn-et-Garonne), village où elle s’était retirée depuis quelques années.

L’Association des anciens élèves du CFJ a reçu de nombreux témoignages à la suite de la disparition de Claire Richet.

 

« Je m'associe à la peine de sa famille, avec infiniment de peine ».

Joseph-Jacques Jonas (1954)

 

« C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris par l’Association la disparition de Claire Richet. Je l’avais connu en 1956, peu de temps après la mort de Jacques, son mari. Sa mine austère et sa grande rigueur étaient impressionnantes pour le jeune apprenti journaliste que j’étais. Sa proximité avec Philippe Viannay, au passé courageux, rendait ce tandem assez mystérieux. Il était difficile de franchir cette « barrière » chez elle. Il n’y avait pas de familiarité. Elle nous appelait « Monsieur Desbruyères », « Mademoiselle Durand » ou « Madame Capdeville », gardant toujours ses distances, la mine grave. Elle esquissait parfois un sourire bref. En fait, elle était écrasée par le poids des responsabilités. Philippe Viannay l’aidait à relativiser les problèmes. Elle avait des rapports d’estime avec les enseignants mais peu de contacts humains. Elle suivait les journalistes qui sortaient du Centre tout au long de leur carrière, avait des « retours » des directeurs de journaux et des anciens élèves, se forgeant ainsi une opinion sur les hommes. Délégué syndical du SNJ au Dauphiné libéré à Grenoble, j’ai eu l’occasion de la revoir assez souvent à Paris car le CFJ et le SNJ cohabitaient dans le même immeuble de la rue du Louvre. J’ai vu grandir et grossir l’école, de plus en plus importante et de plus en plus difficile à gérer. Elle était beaucoup plus consciente des difficultés que Philippe Viannay, très attaché à de plus larges ouvertures vers l’Europe et les pays en voie de développement. Le souvenir de Claire Richet restera pour moi celui d’une femme particulièrement équilibrée qui a contribué à la formation de plusieurs générations de journalistes de valeur comme l’avait souhaité son mari ».

Pierre Desbruyères (1956)

 

« Je salue Claire Richet qui a piloté le CFJ avec détermination et lucidité dès le début des années 50. Je lui dois toute ma vie de journaliste. J’étais un jeune chien fou, elle a supporté mes incartades. Elle n’avait que douze ans de plus que moi. C’était « Madame la directrice », distante, calme, lucide. Je l’ai retrouvée beaucoup plus tard, elle est devenue une amie ».

Alain Hervé (1956)

 

« J'apprends par cette nouvelle que Claire Richet a eu le bonheur d'avoir une longue vie. Le souvenir que je garde d'elle est celui d'une femme très attentive à chacun d'entre nous, qui savait diriger son école avec tact et discrétion. Je l'ai connue comme élève, puis comme adjoint de José de Broucker dans la préparation d'étudiants étrangers (surtout africains) aux travaux pratiques de journalisme. Elle m'avait fait confiance alors que j'étais encore bien jeune pour l'emploi. Grâces lui soient rendues pour tout ce qu'elle a fait afin de transmettre l'idéal de notre profession ».

Charles Vanhecke (1958)

 

« C'est avec beaucoup de tristesse que j'apprends le décès de Claire Richet. Je lui dois beaucoup et je n'ai pas oublié, presque 60 ans plus tard, la gentillesse quasi maternelle avec laquelle elle nous traitait, alors que nous venions étudier sous les combles du 29 de la rue du Louvre. Une grande dame en effet et un grand coeur. Veuillez transmettre mes plus sincerescondoleances a toute sa famille, ses proches et ses amis. Je leur exprime Toute ma gratitude pour celle que nous venons de perdre. De tout coeur avec l'Association dans ce triste moment ».

Claude Porsella (1960)

 

« C'était une très grande dame. On l'admirait beaucoup hier. Encore plus aujourd'hui... Merci pour tout ce qu'elle nous a apporté ».

Bernard Schoeffer (1960)

 

« Je suis très touché par la disparition de Madame Richet qui m'avait accueilli comme un petit provincial que j'étais, un peu perdu, en septembre 1959. Elle m'avait confié à Zette Gomez et Madame Michaud, lesquelles m'avaient bien aidé matériellement. Mon séjour de deux années au 29 rue du Louvre a changé ma vie... et en bien. Madame Richet restait une conseillère amicale et respectée. Une page se tourne et c'est évidemment assez triste ».

Jean Neveu (1961)

 

« Ce n'est pas sans tristesse que j'apprends le décès de Claire Richet dont je me souviens avec affection et reconnaissance. Pour les étudiants du CFJ que nous étions dans les années 60, elle était, avec Philippe Viannay, la personnalité qui nous impressionnait le plus. « Madame Richet » montrait exigence et rigueur dans le suivi de nos études, tout en se montrant bienveillante et disponible pour nous aider à nous orienter et à trouver notre voie dans ce métier de journaliste aux multiples facettes. Notre diplôme en poche, elle savait utiliser son précieux réseau de relations avec les divers groupes et types de presse, nationale et régionale, pour nous y introduire au mieux de nos aspirations. Par la suite, son intérêt ne s'est jamais démenti à l'égard de ses Anciens du CFJ. Comme beaucoup d'autres, j'en ai fait moi-même l'expérience. Ainsi, quand j'ai voulu reprendre mon métier après quelques années de pause, c'est elle encore qui m'a remis le pied à l'étrier… A ses enfants et petits-enfants, sa famille, je veux dire toute la part que je prends à leur peine dans cette épreuve qui les bouleverse aujourd'hui face à la disparition d'une femme de haut mérite, une femme d'exception ».

Martine Debaussart-Anger (1962)

 

« Son comportement fait de rigueur sévère cachait une dévotion aux étudiants et une générosité de coeur. Elle avait découvert que j'étais fauché et que j'avais payé une « avance » sur mes frais de scolarité de 100 francs (c'était ma fortune), alors que le montant total était de 200 francs. Elle m'a demandé comme un service de faire un peu de mise sous enveloppe de courrier et m'a annoncé que, compte tenu du grand service que je venais de lui rendre, ma dette était effacée ».

Bernard Ollivier (1965)

 

« Très touché par la disparition de Claire Richet. C'est un peu un pan de notre jeunesse qui s'écroule. Sa présence à la fois rigoriste et protectrice fut un abri pour les étudiants que nous fûmes ».

Jean-François Renault (1966)

 

« La mort de Claire Richet marque vraiment la fin d’une époque. Auprès d'un Philippe Viannay tout feu tout flamme, elle tint la barre avec calme et maîtrise. Dans les années 50/60, elle contribua grandement à hisser le CFJ au premier rang des écoles de journalisme. Sous un aspect un peu sévère, elle était proche des élèves (sa porte était toujours ouverte) et attentive à leur réussite. Je peux témoigner de son aide pour entrer dans la carrière et ouvrir les premières portes. Sans en avoir le titre, Claire Richet fut de fait une remarquable directrice du CFJ. Elle mérite qu’on lui rende pleinement hommage ».

René Vigié (1966)

 

« Un souvenir ému pour cette femme qui m'a aidée à devenir ce que je suis, le temps de mes études au CFJ. Et une reconnaissance pour son engagement de toujours ».

Elisabeth Lerminier (1970)

 

« Une femme discrète et droite s'en est allée... Toutes mes condoléances attristées ».

Baudouin Bollaert (1967)

 

« Claire Richet fut ma directrice bien aimée dans les années 66/67 où j’ai suivi les cours du CFJ, rue du Louvre à Paris. Je revois sa silhouette virevoltante et gracile, ses cheveux bouclés, son regard d’aigle, ses mots justes, sa passion pour notre formation. Avec Philippe Viannay, nous étions allés en Belgique pour le voyage de la promotion 67. J’ai redécouvert les photos prises à cette occasion. Le visage de Claire reste gravé dans ma mémoire. Maintenant, elle va pouvoir nous surveiller depuis le paradis ».

Jean-Claude Bourret (1967)

 

« Très attristé par le décès de Claire Richet, je garde le souvenir très fort, par delà les années, de l’attention qu’elle portait à ses étudiants, à leur formation, puis à leur début de carrière. Je sais ce que je lui dois ».

Jacques Laurent (1968)

 

« J'ai le souvenir d'une dame d'une étonnante écoute, d'une très grande gentillesse, quelque chose qui ressemble à la sollicitude. Je l'ai rencontrée lorsque je me suis présenté au concours en 1966. Elle était jeune et tellement attentive pour les étudiants que nous étions et tellement exigeante pour le métier dans lequel nous voulions entrer. Lorsque je l'ai retrouvée beaucoup plus tard, elle était fort respectueuse de ce que nous étions devenus. Le temps avait passé mais elle avait gardé cette passion simple pour le métier qui est le nôtre. Merci, Madame Richet ».

Jean-Jacques Mauriat (1968)

 

« Très touché par l’annonce du décès de Claire Richet. Le 18 octobre dernier, j’ai reçu d’elle un mot où elle disait son regret de n’avoir pas pu voir l’exposition consacrée à Philippe Viannay ni participer à la fête du 70ème anniversaire du CFJ : « La santé, hélas! ». « Devant ce que devient ce métier, m’écrivait-elle, je me demande comment on peut l’enseigner aujourd’hui. La lecture du Monde et Libération occupent mes journées. La radio me déçoit et la télévision aussi. J’essaie de suivre encore les papiers des uns et des autres ». Oui, le CFJ lui doit beaucoup et elle restera définitivement associée dans nos souvenirs à la figure rayonnante de Philippe Viannay ».

Jean-Yves Boulic (1969)

 

« Profonde tristesse. Mes condoléances au CFJ auquel toutes et tous nous devons tant ».

Gérard Saint-Paul (1969)

 

« Je n’oublierai jamais « Madame Richet » à laquelle je pense encore souvent ».

Anne-Marie Voisin (1969)

 

« Toutes mes sympathies très émues à la famille de Claire Richet et à tous ceux qui pleurent son départ. J'eus le plaisir de la rencontrer après mes études au Québec où je venais de m'établir au début des années 70. Son sourire, sa gentillesse et son intérêt témoigné pour l'ancien élève que j'étais m'avaient touchés et séduits. Une grande dame dont je garderai un vif souvenir ».

Jean-Louis Fleury (1971)

 

« Une part de moi-même s'éteint avec la mort de « Madame Richet » que nous n'aurions jamais envisagé d'appeler autrement ».

Patrice Louis (1971)

 

« Tristesse et beaucoup de souvenirs avec la disparition de Claire Richet. Durant mon passage au CFJ, j'ai eu l'honneur d'être le délégué des élèves au conseil d'administration et de travailler dans ce cadre avec elle (passage de la scolarité de trois à deux ans, extension des locaux…). Son décès tourne la page du CFJ historique ».

Pierre Creignou (1971 bis)

 

« J'ai appris avec tristesse le décès de Claire Richet. Elle était secrétaire générale du CFJ quand j'y étais élève de 1969 à 1971. J'ai donc eu de nombreux échanges avec elle, d'autant plus que j'étais un des délégués des élèves de ma promotion ».

Paul Kerdraon (1971 bis)

 

« Sa parole était rare, mais le ton sans appel. Claire Richet incarnait cette rigueur que l'on nous enseignait ».

Henri Migaud (1976)

 

« Je veux vous exprimer ma peine et mes souvenirs émus, après avoir appris la disparition de Claire Richet. Comme tous les étudiants du CFJ, puis les stagiaires du CFPJ, pendant de longues années, j'ai eu l'occasion de la découvrir dans l'exercice de ses fonctions, à côté de l'activité solaire de Philippe Viannay. Comme un petit nombre, j'ai pu la connaître un peu mieux en raison des rapports amicaux étroits que j'ai entretenus avec plusieurs membres de l'équipe à l'époque ».

Laurent Réveilhac (1976)

 

« Toutes mes condoléances à sa famille pour le décès de Claire Richet, qui fut une excellente directrice, attentive à la personnalité de chacun de ses élèves ».

Philippe Demenet (1977)

 

« Avec Claire Richet disparaît un des derniers piliers du CFJ à qui elle a tant donné. Je me souviens d'une femme d'une grande rectitude morale qui cachait une vraie bienveillance pour le jeune journaliste que j'étais. Avec elle, on ne transigeait pas avec la déontologie. J'ai essayé de suivre ses conseils tout au long de ma carrière professionnelle ».

François Viot (1977)

 

« Les années n'ont pas estompé mon respect à cette grande dame. Une sévérité bienveillante toujours tournée vers l'autre. Près de 40 ans plus tard, ses questions directes et incisives lors du dernier entretien me reviennent. Avec beaucoup d'émotion. Claire Richet, Jacques Richet, Philippe Vianney ont bâti l’école en se fondant sur un idéal de justice, de liberté. Des valeurs plus que jamais d'actualité ».

René Lataste (1978)

 

« J'ai appris avec tristesse le décès de Claire Richet. J'avais pu mesurer au cours de mes deux années rue du Louvre combien elle portait l'école et l'importance de son rôle, avec Philippe Viannay, dans la création puis le développement d'un établissement de grande qualité pour la formation des journalistes français. Vous avez bien fait de souligner aussi son implication dans la Résistance. Tout comme pour Philippe Viannay, on ne peut qu'admirer l'incroyable courage de ces jeunes gens au début des années 40, forts de leurs convictions patriotiques et résolument antinazis. A méditer encore en ces temps incertains face aux nouvelles barbaries qui nous menacent ».

François Pelletier (1980)

 

« Une grande citoyenne nous quitte. Je lui dois d'avoir appris mon métier de journaliste dans un environnement exceptionnel de professionnels amoureux de leur mission. Je lui dis merci pour avoir été si longtemps l'inspiratrice et la gardienne d'une école fidèle aux valeurs de la République. En héritier reconnaissant, je lui promets de nourrir la flamme et de la transmettre ».

Frédéric Verduzier (1984)

 

« C'est Claire Richet qui, en 1983, a accueilli ma promotion du CFJ et je garde d'elle le souvenir d'une grande dame de la presse et du journalisme qui a su traverser l'épreuve de l'Occupation allemande puis, après la Libération, transmette aux nouvelles générations une certaine idée de la déontologie de ce métier ».

Slimane Nadour (1985)

 

« Si j’ai pu être admis au CFJ à l’issue du concours d’entrée en 1975, je crois que je le dois en grande partie à Claire Richet. Je ne correspondais guère en effet aux canons de l’étudiant idéal : provincial sans aucun contact à Paris, peu diplômé (une vague licence d’anglais), des études qui m’ont longtemps poursuivi, ce qui m’a fait passer le concours à plus de 24 ans, et des notes plus que moyennes dans les différentes épreuves d’admission, car je n’étais absolument pas une « bête à concours »... Quelques jours après la rentrée, Claire Richet m’avait pris à part pour m’énumérer tous ces handicaps qui auraient dû m’interdire l’entrée au Centre. Mais elle avait ajouté : « C’est votre expérience de la vie, tous ces voyages, ces petits emplois que vous avez faits depuis votre adolescence qui nous ont incités à vous prendre ». « Ne nous décevez pas », avait-elle ajouté sur ce ton mi-maternel mi-adjudant dont elle savait user. J’ai essayé, tout au long de mon parcours professionnel, de ne pas oublier son conseil. Merci Madame ».

Pascal Liétout (1977)

« C'est parfois avec beaucoup de retard que l'on comprend que quelqu'un a changé votre vie. C'est ce qui s'est passé lorsque j'ai appris le décès de Claire Richet. J'ai soudain réalisé que, sans cette grande dame, je ne serais probablement pas devenu journaliste. Mon histoire est un peu différente de celle des nombreux diplômés du CFJ. Car j'avais déjà plus de 26 ans lorsque j'ai voulu passer le concours en 1980. Jusqu'alors, j'avais étudié et puis travaillé dans des emplois qui n'étaient pour moi qu'alimentaires. La passion de la presse qui m'avait fait frapper à 17 ans à la porte du rédacteur en chef de l'Echo Républicain de Chartres - il m'avait dit: « Faites d'abord des études » - était restée ancrée en moi. C'était le moment ou jamais de sauter le pas. J'avais cependant dépassé la limite d'âge. J'ai donc fait une demande de dérogation. Puis j'ai été reçu dans un premier temps par Maroussia Melnik et puis par Claire Richet. L'entretien a duré longtemps. Elle m'a demandé pourquoi je n'avais pas tenté ma chance plus tôt. Elle voulait être sûre de ma détermination. Elle s'inquiétait de savoir comment je pourrais vivre pendant les deux ans d'étude (j'avais des économies) et comment je pourrais être assuré à la Sécurité sociale (je pouvais l'être via ma compagne). A l'époque, Claire Richet avait à peu près l'âge que j'ai aujourd'hui. En raison de la différence d'âge et de son apparence sévère, elle impressionnait. A l'issue de l'entretien, j'ai eu son feu vert pour passer le concours. Je l'ai réussi et j'ai ensuite fait une longue carrière à l'AFP. Elle avait eu confiance en moi et je lui en serai toujours reconnaissant».

Jean-Luc Testault (1982)

 

« Des pensées émues se ravivent au souvenir de « Madame Richet », comme nous l’appelions dans nos années CFJ, tandis que j’étais chargé de la première année (1981-1984). Et pour cause, nous nous fréquentions régulièrement. Je m’honorais de sa confiance qu’elle n’accordait pas si facilement… Suspicieuse parfois, tâtillonne à l’occasion, mais toujours rigoureuse, je garde l’image d’une femme entièrement dévouée à la « maison » autant qu’à la profession ».

Gérard Ponthieu (Professeur, 1981-1984)

Lire la suite ou poster un commentaire »


Festival des étoiles SCAM, au Forum des Images (Paris): 30 documentaires, et quelques Anciens du CFJ...

Aucun commentaire
Publié le mercredi 12 octobre 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Le FESTIVAL DES ÉTOILES SCAM se tiendra les 5 et 6 novembre 2016, au Forum des images (Paris).

Un week-end pour découvrir 30 documentaires et reportages qui ont marqué l’année et qui ont été récompensés par la SCAM.

Deux jours de projections où 30 regards portés sur la diversité du monde seront mis en lumière.

Les projections sur grand écran sont suivies de rencontres avec les réalisateurs, une table ronde, des espaces d’échanges, un Prix du public et une avant-première en soirée de clôture.

Parmi les réalisateurs présents, il y aura quelques Anciens du CFJ: Clarisse Feletin (promo 1997) et Renaud Villain (promo 2002) viendront présenter leurs documentaires respectifs.

Plus d'infos: http://www.forumdesimages.fr/les-programmes/festival-des-etoiles-2016

ENTRÉE LIBRE et GRATUITE

Lire la suite ou poster un commentaire »


FIGRA 2017 - Les inscriptions à la pré-sélection sont ouvertes jusqu'au 31 octobre 2016

Aucun commentaire
Publié le lundi 3 octobre 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués
FIGRA 2017 - Les inscriptions à la pré-sélection sont en cours.

Peuvent participer :
– Les réalisateurs, les journalistes, les grands reporters, les auteurs français et étrangers.
– Les chaînes de télévision françaises et étrangères, toutes émissions confondues.
– Les agences de presse de télévision françaises et étrangères.
– Les sociétés de production françaises et étrangères.

Quatre conditions sont déterminantes pour l’inscription des films à la présélection du FIGRA 2017 :
– Les films proposés devront avoir été réalisés entre le 1er octobre 2015 et le 31 octobre 2016.
– Avoir une durée minimale de 15 minutes et maximale de 90 minutes.
– Les films proposés ne devront pas avoir été primés dans une compétition d’un autre festival français avant le 31 octobre 2016.
– Les films proposés devront être terminés (mixage et étalonnage) avant le 31 octobre 2016, sous peine d’être refusés.
Cependant, aucun remboursement ne sera effectué. Les « copies de travail » ne sont pas acceptées.

Plus d'infos ici: http://www.figra.fr/figra-2017/

Lire la suite ou poster un commentaire »


PRIX CHAFFANJON - Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 15 décembre.

Aucun commentaire
Publié le lundi 3 octobre 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Les candidatures pour la quatrième édition du prix Philippe Chaffanjon du reportage multimédia sont ouvertes jusqu'au 15 décembre 2016.

Ce prix a pour ambition de récompenser les reportages de terrain aboutissant à des productions multimédias innovantes.

Il permet de poursuivre le travail journalistique exigeant de Philippe Chaffanjon, grand reporter puis directeur de France Info et directeur général adjoint de Radio France, décédé le 24 avril 2013.

Passionné par Haïti, où sont ancrées des racines familiales, Philippe Chaffanjon (promo 1982) a braqué la lumière sur un pays aussi complexe que passionnant. Mais trop souvent oublié.

Le prix récompense donc chaque année deux reportages multimédias : une réalisation française et une réalisation haïtienne.

Il doit aussi permettre de soutenir une nouvelle génération de journalistes talentueux.

Lors de sa troisième édition en 2016, le prix a récompensé Lucie Soullier et Madjid Zarrouly pour leur reportage Dans le téléphone d'une migrante syrienne (Le Monde) et Michel Joseph pour son reportage Adoption en Haïti : cri de désespoir.

Pour postuler et pour plus d'infos, rendez-vous sur ce site: http://www.prixphilippechaffanjon.org/candidature/

Lire la suite ou poster un commentaire »


MONDE FESTIVAL - Invitations à la conférence "Informer en environnement hostile" (18 septembre, Paris)

1 commentaire(s)
Publié le vendredi 9 septembre 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

INVITATIONS AU MONDE FESTIVAL - Le Monde Festival (3e édition) se tiendra les 16, 17, 18 et 19 septembre 2016.

Pendant quatre jours, c’est autour de débats, de spectacles, de rencontres, et d’ateliers sur la thématique « Agir » que nous nous réunirons.

Plus d'infos sur le site : http://www.lemonde.fr/festival/

Les étudiants du CFJ et les Anciens du CFJ sont invités à la conférence qui se tiendra de 17h30 à 19h00 à l'Opéra Bastille, le dimanche 18 septembre. Merci de réserver par mail: reseaucfj@cfjparis.com

A cette occasion, trois grands journalistes internationaux seront réunis sur le même plateau, pour un débat autour du journalisme et sur la problématique "Informer en environnement hostile":

- Evguenia Albats, rédactrice en chef de l’hebdomadaire indépendant Novoye Vremya en Russie
- Jaroslaw Kurski, directeur de la rédaction du Gazeta Wyborcza (Pologne)
- Omar Belhouchet, directeur de El Watan (Algérie)

Sylvie Kaufmann, éditorialiste, et ancienne directrice de la rédaction du Monde, se chargera d'animer et de modérer ce débat pour lui donner un angle unique : pays totalitaires, dérives autoritaires, dirigeants autocrates… là où la liberté est menacée, la presse est presque toujours prise pour cible en premier, muselée, menacée… Interdite. Comment résister?

Lire la suite ou poster un commentaire »


Les 48H de la pige : 30 juin et 1er juillet 2016 à Montpellier

Aucun commentaire
Publié le mardi 17 mai 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués
Les 48H de la pige : 30 juin et 1er juillet 2016 à Montpellier

Neuf rédacteurs en chef, cinq prix et bourses, vingt-cinq ateliers sous le soleil.

Les inscriptions ont débuté !

Rendez-vous sur le site, dédié à l’événement :
http://48h.pigiste.org

Tarifs :
- 30 euros pour les adhérents / pour ceux qui désirent adhérer à l'association Profession : Pigiste
- 40 euros pour les non-adhérents
Les 48H de la pige se dérouleront dans les locaux de Montpellier Management.

REPÈRES
Profession : Pigiste organise les 48H de la pige depuis 2011.
Au programme de cette 6e édition : efficacité et développement personnel.
Le Club de la presse du Languedoc-Roussillon est partenaire de l’événement.
RÉSEAUX SOCIAUX
Twitter :@pigist
Facebook : 48h de la pige
CONTACT PRESSE
Marie Luff
luff.marie@gmail.com
06 50 19 31 66

Lire la suite ou poster un commentaire »


Palmyre libérée - photos et vidéos exclusives

Aucun commentaire
Publié le lundi 2 mai 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

PALMYRE LIBEREE - Vous travaillez dans une rédaction qui serait intéressée par des images exclusives (photos et vidéos) de Palmyre libérée? Iconem, start-up spécialisée dans la numérisation 3D de sites de patrimoine d’exception, était à Palmyre après le départ de Daesh, début avril.


Un drone a permis de filmer des vidéos aériennes du site, ce qui montre l’ampleur des destructions. Afin de financer ses prochaines missions, Iconem souhaite diffuser ces images auprès de médias internationaux. Tarif à définir.

Contact: Etienne Tellier
Iconem / Responsable administratif et contenus
Tél : 01 77 10 45 32
Mail: et@iconem.com

Lire la suite ou poster un commentaire »


Appel à témoignages pour portrait François Ruffin, dans les Inrockuptibles

Aucun commentaire
Publié le mercredi 27 avril 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Message reçu aux Anciens du CFJ:


"Je suis journaliste aux Inrockuptibles et nous préparons un long portrait de François Ruffin. Nous aurions aimé recueillir le témoignage d'anciens camarades de promo ou alors de l'un de ses profs ou responsables pédagogiques. C'était en 2002-2003."

 

Merci de m'envoyer un mail: reseaucfj@cfjparis.com ... et je transmettrai.

Lire la suite ou poster un commentaire »


Participez au premier festival du journalisme vivant!

Aucun commentaire
Publié le mardi 26 avril 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

FESTIVAL DU JOURNALISME VIVANT -


Le premier festival du journalisme vivant aura lieu à Couthures, dans le Sud-ouest, les 29, 30 et 31 juillet.

Il se trouve que ce village était le port d'attache de Philippe Chaffanjon (promo 1982), patron décédé de France Info, et que sa fille est active dans la création du festival, car cela faisait partie des rêves de son père.


A l'origine de ce projet, des journalistes des excellentes revues XXI et 6 mois.
Pour aider au lancement de ce festival original:
http://fr.ulule.com/couthures2016/

 

Lire la suite ou poster un commentaire »


Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre: appel à candidatures

Aucun commentaire
Publié le mercredi 6 avril 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Depuis 23 ans, le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre rassemble des journalistes internationaux pour échanger avec le public, raconter les histoires humaines et expliquer les zones de tensions. La prochaine édition aura lieu du 3 au 9 octobre 2016.

Grande figure du journalisme, écrivain, ancien reporter de guerre, Jean-Claude Guillebaud sera le président du jury de cette 23e édition. Une semaine de rendez-vous sur l’actualité internationale Soirées débats, projections, expositions inédites, salon du livre, forum-médias…

Le Prix Bayeux-Calvados, c’est aussi une semaine de rencontres, d’échanges entre le public et les grands reporters. Des moments uniques autour de l’actualité internationale qui constituent la force des rencontres du Prix BayeuxCalvados.

Appel à candidatures:

Les reportages photo, radio, télévision et presse écrite traitant d'une situation de conflit ou d’un fait d’actualité concernant la défense des libertés et de la démocratie doivent être envoyés avant le 6 juin prochain en vue de la sélection 2016.

Ils doivent avoir été réalisés entre le 1er juin 2015 et le 31 mai 2016, et concourent chacun pour une dotation de 7000 €.

Rendez-vous du 3 au 9 octobre prochains autour de ces reporters, femmes et hommes de terrain qui, à travers leurs témoignages, éveillent nos consciences.

Plus d'infos ici: http://www.prixbayeux.org/

Lire la suite ou poster un commentaire »


Le FIGRA se tient du 30 mars au 3 avril 2016

Aucun commentaire
Publié le mercredi 30 mars 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Le FIGRA est le Festival international du grand reportage d'actualité et du documentaire de société.

 

Retrouvez toute la programmation du FIGRA sur ce lien:

http://www.figra.fr/

Rendez-vous des inconditionnels de l'actualité, qui se retrouvent chaque année autour d'une très belle sélection de reportages.

 

Où? au Touquet Paris Plage (62)

Quand? du 30 mars au 3 avril 2016

 

 

Lire la suite ou poster un commentaire »


Prix Robert Guillain - Reporter au Japon 2016

Aucun commentaire
Publié le mercredi 23 mars 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Prix Robert Guillain - Reporter au Japon 2016

L'Association de presse France-Japon attribue en 2016, pour sa 39e édition, son Prix annuel qui est devenu au fil des années le "Prix Robert Guillain Reporter au Japon".

Cette bourse est ouverte aux jeunes journalistes, et aux étudiants en journalisme, de nationalité française, âgés de 18 à 35 ans. Les candidats doivent adresser à l’Association un projet de reportage au Japon, de leur choix, aussi bien écrit qu’audiovisuel (exposé en 4 pages maximum), accompagné d’un CV, le tout en 8 exemplaires.

Le jury comprend, outre des membres de l’Association, Japan Airlines, Japan Railways Group, l'Ambassade du Japon en France et la Maison de la culture du Japon à Paris.

Deux lauréats, sont sélectionnés par le jury et reçoivent, chacun, une bourse pour un séjour d’un mois, composée d’un billet d’avion AR, d’un railpass en classe ordinary, et d’une somme de 1 800 €.

Date de clôture des candidatures : 7 juin 2016

Demander règlement complet, liste des sujets primés et tout autre renseignement à APFJ. 
101 bis quai Branly, 75740 Paris cedex15
Téléphone: 01 44 37 95 39/ 06 14 93 40 75 
Mail: apfj@orange.fr

Lire la suite ou poster un commentaire »


Devenez lauréat de la Fondation Lagardère

Aucun commentaire
Publié le mercredi 2 mars 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

DEVENEZ LAURÉAT DE LA FONDATION JEAN-LUC LAGARDÈRE !

Appel à candidatures

Dix bourses, pour un montant total de 255 000 euros, seront attribuées cette année à de jeunes créateurs et professionnels de la culture et des médias.

Ces derniers doivent présenter un projet original, en langue française, dans les domaines de l’écrit, de l’audiovisuel, de la musique et du numérique(1) .

Décernées par des jurys prestigieux depuis 1990, ces bourses offrent aux lauréats non seulement des moyens financiers mais aussi le temps nécessaire pour réaliser un grand projet, celui qui leur permettra de s’affirmer dans leur domaine.

Elles sont un véritable tremplin pour leur avenir professionnel. Par leur montant et la diversité des disciplines concernées, ces bourses font de la Fondation Jean-Luc Lagardère l’un des premiers mécènes de la jeune création française.

Les candidats doivent avoir 30 ans au plus (35 ans au plus pour les bourses Libraire, Photographe et Scénariste TV) et une première expérience professionnelle réussie dans leur discipline.

Les dossiers d’inscription sont à télécharger sur le site de la Fondation Jean-Luc Lagardère (www.fondation-jeanluclagardere.com), et doivent être envoyés avant le samedi 11 juin 2016.

Bourse Auteur de documentaire : 25 000 € ; bourse Auteur de film d’animation : 30 000 € ; bourse Créateur numérique : 25 000 € ; bourse Écrivain : 25 000 € ; bourse Journaliste de presse écrite : 10 000 € ; bourse Libraire : 30 000 € ; bourse Musicien, catégorie Jazz et musique classique : 12 500 € ; bourse Musicien, catégorie Musiques actuelles : 12 500 € ; bourse Photographe : 15 000 € ; bourse Producteur cinéma : 50 000 € ; bourse Scénariste TV : 20 000 €.

Fondation Jean-Luc Lagardère – 42, rue Washington – Immeuble Monceau – 75408 Paris cedex 08.

Lire la suite ou poster un commentaire »


Semaine de la presse à l'école (21 au 26 mars). Qui veut présenter son métier à des lycéens?

Aucun commentaire
Publié le mercredi 24 février 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

SEMAINE DE LA PRESSE A L'ECOLE -


Chers Anciens du CFJ, on a besoin de vous!


Dans le cadre de la semaine de la presse à l’école (21 au 26 mars) organisé par le CLEMI, le CFJ répond aux invitations d'établissements scolaires.


Nous avons notamment une demande du lycée Descartes à Antony qui invite un ou deux journalistes à venir rencontrer les lycéens:


- le mercredi 30 mars (8h-10h) pour aborder les questions de déontologie dans la pratique du métier de journaliste.


- et / ou le jeudi 24 mars (14h-16h), pour aborder les questions de hiérarchisation de l'information, de lecture critique des infos et des sources.
PS/ Les dates sont négociables.


Merci de partager l'info et de prendre contact avec l'association des Anciens (qui transmettra):


anciens-cfj@cfpj.com


http://www.clemi.org

Lire la suite ou poster un commentaire »


Le Live Magazine vous donne rendez-vous le 8 février, à Paris

Aucun commentaire
Publié le mardi 12 janvier 2016 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Des stand-up de journalistes... du plus léger et anecdote au plus grave et glaçant.

le "Live Magazine" est de retour à Paris, le 8 février, au Théâtre de l'atelier.

1 Place Charles Dullin, 75018 Paris

 

Réservez vite, car les places sont comptées:

https:// www.eventbrite.fr/e/billets-live-magazine-au-theatre-de-latelier-le-8-fevrier-20094544323

Lire la suite ou poster un commentaire »


"Moyen-Orient: que peut le cinéma?": festival du 20 au 29 novembre, au cinéma Les 3 Luxembourg, Paris 6e

Aucun commentaire
Publié le jeudi 19 novembre 2015 par Caroline dans la catégorie Communiqués

Gilles Kraemer (promo 1990) vous passe l'information: le festival de cinéma "Moyen-Orient: que peut le cinéma?", 7e édition, commence ce vendredi soir, au cinéma les 3 Luxembourg, à Paris 6e.

Les deux organisatrices, Janine Euvrard et Carol Shyman, présenteront leur livre: "Israéliens, Palestiniens, les cinéastes témoignent". Il y aura aussi Leila Chahid et Dominique Vidal (ancien responsable international du CFPJ).

Le festival dure jusqu'à dimanche 29 novembre, avec des débats et des projections.

 

Retrouvez tout le programme ici:

http://quepeutlecinema.com

 

 

Lire la suite ou poster un commentaire »


Concours de presse lancé par l'OIT, sur les migrations de main d'oeuvre... Appel à reportages.

Aucun commentaire
Publié le mercredi 18 novembre 2015 par Caroline dans la catégorie Communiqués

L’Organisation Internationale du Travail (OIT) lance son premier Concours de presse mondial, intitulé «Réaliser des reportages équitables sur les migrations de main-d’œuvre» afin de distinguer les traitements journalistiques exemplaires de cette thématique. Le concours est organisé conjointement avec la Confédération syndicale internationale (CSI), l’Organisation internationale des Employeurs (OIE) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCNUDH).

Nous invitons les journalistes professionnels, ainsi que les journalistes citoyens, à nous soumettre au maximum deux de leurs travaux journalistiques qui témoignent de leur impartialité à couvrir les migrations de main-d’œuvre. Les travaux soumis peuvent être sous format vidéo ou multimédia, et doivent avoir été créés et publiés entre le 1er juin 2014 et le 1er décembre 2015 pour être recevables.

Les lauréats seront annoncés le 18 décembre 2015 à l’occasion de la Journée internationale des migrants. Ils remporteront un prix en espèces de 1000 dollars de la part de l’OIT. Ils verront aussi leurs travaux présentés sur le site web de l’OIT et lors de futures conférences, formations ou autres grands événements.

Pour obtenir plus de détails sur ce concours, vous pouvez consulter: www.ilo.org/fairmigrationcompetition

Lire la suite ou poster un commentaire »


Pensez à votre adhésion

 

Suivez les Anciens sur...

Facebook Twitter RSS